Imprimer

Accompagnement psychologique et chirurgie esthétique

on . Posté dans Psychologie en chirurgie

Note utilisateur:  / 2

Psychologue, je reçois dans ma pratique, des personnes ayant eu recours à la chirurgie esthétique ou envisageant d’y avoir recours. Or, devant la somme de fantasmes qui entourent les client(e)s de la chirurgie esthétique, il me semble nécessaire d’apporter quelques éléments de précision.

Les risques, le regard des autres et le bienfondé de la prise en charge

1) La chirurgie esthétique : pourquoi certain(e)s y ont recours d’autres pas ?

Contrairement à ce qu’on peut communément penser, la chirurgie esthétique a peu à voir avec « l’image corporelle réelle du sujet » i.e. l’apparence extérieure d’une personne, celle qui est visible par tous.

La chirurgie esthétique est, au contraire, en lien avec l’image corporelle fantasmée du sujet, c’est à dire l’image que le sujet s’est construit de son propre corps, dans son esprit.

L’image qu’un individu a de son corps (son image corporelle fantasmée) est le résultat d’un processus complexe mis en place dès la naissance et construit au fil des années par l’influence de l’entourage familial (puis, plus largement, celui de l’entourage social) aimant ou non, délicat ou non, narcissisant ou non. Cette image fantasmée peut être en total décalage avec l’image dite réelle du sujet.

Ce décalage est probablement un des facteurs explicatifs de l’agressivité, voire de l’agacement que suscitent les client(e)s de la chirurgie esthétique. Ainsi, existe-t-il dans l’imaginaire collectif, une distorsion entre ceux qui, aux yeux de la société, sont légitimes dans leur recours à la chirurgie esthétique parce que trouvés laids ou disgracieux et ceux qui ne devraient pas y avoir recours car ces derniers « n’en auraient pas besoin ».

Or, il est important de noter que lorsqu’une personne a recours à la chirurgie esthétique c’est sur son image fantasmée qu’elle demande correction. Cette image fantasmée est éminemment intime personnelle et profonde pour l’individu et personne d’autre que l’individu en question n’y a accès.

2) Les patient(e)s et les risques liés à la chirurgie esthétique

Une intervention chirurgicale, même lorsqu’elle répond à des objectifs esthétiques demeure une intervention chirurgicale, avec tous les risques qui lui sont inhérents : risques anesthésiques, risques infectieux, risques cicatriciels et risques psychologiques. Même s’il est vrai que les patient(e)s tendent à minimiser certains d’entre eux, il est un risque qu’ils gardent tous à l’esprit; c’est celui de mourir pendant l’intervention lorsque celle-ci a lieu sous anesthésie générale.

Les patientes dont l’intervention de chirurgie esthétique se fait sous anesthésie générale évoquent unanimement leur anxiété à l’idée de ne pas se réveiller au terme de l’opération. Cette crainte est encore plus vive chez les mères de jeunes enfants. En décidant de se faire opérer, elles ont pleinement conscience de risquer leur vie. Aussi, prendre la décision d’avoir recours à une opération de chirurgie esthétique ne se fait-il jamais à la légère.

3) Chirurgie esthétique et regard de la société

Les client(e)s de la chirurgie esthétique se trouvent pris(e)s au piège des injonctions paradoxales d’une société qui exige de ses membres toujours plus de jeunesse et de beauté mais dans laquelle le fait de prendre ouvertement soin de son apparence physique est au mieux moqué et au pire méprisé.

La société française a tendance à minorer la souffrance psychique (cf. les récents développements des prothèses mammaires défectueuses où les clientes de la chirurgie esthétique ne seront prises en charge par la collectivité que de façon partielle).

Il est, en effet, fréquent que les personnes en souffrance psychique ne soient véritablement entendues (par leur entourage immédiat) que lorsqu’elles agissent leur mal-être de manière extrême (tentative de suicide, isolement etc.). Or, dans un pays aussi développé que la France, il ne devrait plus être nécessaire d’arriver à de telles extrémités pour que chacun prenne conscience du fait que la souffrance psychologique est une réalité qui met à mal de manière très concrète les personnes qui en sont victimes.

4) Le bienfondé de la prise en charge psychologique des client(e)s de la chirurgie esthétique

Dans ma pratique, les consultations psychologiques autour de la chirurgie esthétique sont au nombre de 2 et s’articulent de la manière suivante :

Deux types de consultations psychologiques

1) Une consultation en pré-opératoire

La Psychologue offre ici à la patiente un lieu de parole dans lequel elle peut dire ses craintes, ses espoirs face aux modifications physiques à venir. Cette consultation a pour objet de mettre la patiente au clair avec sa démarche. C’est l’occasion pour elle, de s’inscrire dans une pensée réflexive. Cela lui permet, par la suite, d’aborder l’intervention avec sérénité et confiance. Elle se sent soutenue et déculpabilisée dans son choix et dans sa démarche. Il ne s’agit en rien d’un entretien d’évaluation, le but n’étant ni de tester les motivations de la patiente, ni de tenter de la dissuader de se faire opérer.

2) Une consultation en post-opératoire

Cette consultation s’avère salutaire à 2 titres :

  • La Psychologue intervient ici pour aider la patiente à faire face à la dépression qui survient juste après l’opération.

  • Cette consultation permet d’accompagner la patiente dans le changement physique qu’elle vient de subir. En effet, même si elle a été ardemment souhaitée, la transformation physique requiert un temps d’adaptation psychologique, en raison de la brutalité de sa survenue. D’autres entretiens peuvent s’ensuivre à la demande de la patiente, notamment lorsque le partenaire de celle-ci peine à accepter ses transformations.

Diana Odon-Baylac
Psychologue au Cabinet de psychologie de Tourny à Bordeaux
http://www.psychologue-bordeaux-centre.fr

 
Imprimer

Comment rendre un visage plus féminin

on . Posté dans Feminisation du visage

Note utilisateur:  / 6

La féminisation et la chirurgie esthétique

De nos jours la féminisation du visage est une demande de plus en plus fréquente dans une démarche transgenre homme-femme ou bien transsexualisme homme-femme.

1 / Quelques aspects du visage ont bien des caractères masculins :

- la ligne d'implantation des cheveux par exemple, est haute et en forme de "M" alors qu'elle est plus basse et forme d'arc chez la femme

- le nez est large avec un angle naso-frontal haut situé et plus fermé que chez la femme, l'angle naso-labial est plus faible avec une impression de chute de la pointe nazale.

- la mâchoire est plus carrée avec une palette osseuse évasée et elle est plus large par la proéminence des angles mandibulaires, le menton lui, est également carré et plus marqué.

- Pour la partie inférieure, le cou, la pomme d'Adam est plus visible chez l’homme.

- les bosses frontales et les arcades osseuses péri-orbitaires sont plus marquées chez l’homme, (chez la femme le front est plus droit et les reliefs moins marqués)

- la ligne des sourcils est plutôt droite et épaisse et en regard du rebord de l'orbite, chez la femme les sourcils sont plus arqués et situés au dessus du rebord orbitaire

2 / Les types d’interventions de féminisation du visage

Les différents gestes et / ou interventions au niveau de la région cervico-faciale sont réalisables en fonction des souhaits des patiens, ces gestes sont réalisés de façon isolée ou alors en différentes étapes qui seront définies lors des différentes consultations pré-opératoires entre le médecin et le patient.

Les interventions doivent être décidées d'un commun accord avec tous les praticiens concernés. Dans tous les cas elles ne doivent pas être réalisées dans l'excès qui pourrait mener à une transformation trop importante d'acceptation difficile, mais plutôt être réalisées harmonieusement avec la personnalité de chaque patient aboutissant à une meilleure acceptation de soi-même. (ndlr : voir article sur la psychologie en chirurgie).

La majorité du temps, ces interventions chirurgicales agissent sur les structures osseuses afin d'atténuer la structure carrée du visage dans le but de l'ovaliser.
L'action sur les tissus mous vient en complément du geste osseux.

En fonction des souhaits des patientes il y a 4 interventions principales qui ne peuvent être réalisées dans le même temps mais qui peuvent être combinées à des gestes annexes.

a) La rhinoplastie de féminisation             

La rhinoplastie de féminisation surtout en affinant la pyramide nasale et en remontant la pointe du nez, associée éventuellement à un renforcement des pommettes, c'est souvent l'intervention fondamentale de la transformation et par laquelle on débute, et dont le déroulement est strictement identique à la rhinoplastie classique.
Le but de cette intervention étant d'ajouter certaines caractéristiques féminines au nez :

                  - affinement de la pyramide nasale osseuse et de la pointe du nez

                  - suppression d'une éventuelle bosse osseuse

                  - abaissement de l'angle naso - frontal

                  - augmentation de l'angle naso - labial

                  - suppression d'une bosse avec léger creusement de la pyramide nasale

Il peut y avoir des limites aux modifications possibles, la plus part du temps suivant la qualité de la peau. Si elle est fine, les possibilités techniques sont plus élevées que si la peau est épaisse, cette dernière étant limitée en rétraction.

 

  
Aspect pré opératoire    Aspect post opératoire

 

b) Le modelage de la mandibule

le modelage de la mandibule permet le travail du tiers inférieur du visage soit afin de réduire la projection du menton et son aspect carré masculin soit afin de diminuer les angles des mâchoires inférieures, associé éventuellement à un mini-lifting cervical de remise en tension musculaire

Il est nécessaire de faire une étude clinique, ainsi qu’une étude photographique et radiologique précise pré-opératoire dans le but de déterminer la zone à réduire, cette réduction ne porte pas sur les structures musculaires ou cutanées.

 

  

 

On peut associer des gestes complémentaires :

     - un mini-lifting du tiers inférieur du visage afin de corriger la perte de l'ovale au niveau cutanéo-musculaire

     - une lipoaspiration cervicale

     - une liposculpture au niveau des lèvres

     - laser cutané afin de supprimer la pilosité et des troubles cutanés type télangiectasie

 

  
Aspect pré opératoire    Aspect post opératoire

 

3 / Le travail du tiers supérieur du visage

Le travail du tiers supérieur du visage par la réduction des bosses frontales et des arcades sourcilières, diminution de la hauteur du front, et modification de la ligne d'implantation des cheveux associée éventuellement à une élévation de la hauteur des sourcils.
Les gestes peuvent aller de simples injections de toxines ou des implants de cheveux, jusqu'à un mask-lift chirurgical

Chirurgicalement, il s'agit essentiellement de Mask-lift c'est-à-dire un lifting du tiers supérieur du visage dont l'incision se situe dans le cuir chevelu et qui permet l'abord osseux frontal.
Chez l'homme les bosses frontales et les arcades osseuses péri-orbitaires sont plus marquées, alors que chez la femme le front est plus droit et les reliefs moins marqués

3 éléments peuvent être modifiés par cette intervention :

- les reliefs osseux du front et péri-orbitaires

- l'implantation des cheveux : la ligne capillaire

- le positionnement du sourcil par un lifting ou un rehaussement et la forme de l'œil par une canthopexie externe (étirement latéral).

Les résultats d’une telle intervention sont très satisfaisants au niveau frontal mais moins au niveau de la modification de la ligne d'implantation des cheveux qui justifie souvent des greffes de cheveux ou des substituts capillaires.

4 / La laryngoplastie

La laryngoplastie par cervicotomie peut être pratiquée dans le but de de diminuer la procidence du cartilage thyroïde (appelée aussi : pomme d'Adam)

L’intérêt majeur de cette opération est de réduire la visibilité du cartilage thyroïde à la partie haute du cou, l'importance de la réduction est limitée cependant par le niveau des cordes vocales qui ne doivent pas être concernées par ce geste (il s'agit d'un geste purement esthétique qui ne modifie en aucun cas la voix).

Il est très difficile de totalement scinder la féminisation du rajeunissement purement esthétique ou de la correction de disgrâces.

     
Aspect pré-opératoire Face   Profil   3 quarts

 

     
Aspect pré-opératoire Face   Profil   3 quarts

5 / Autres actions possible pour féminiser le visage :

A ces différentes interventions de féminisation, on peut y ajouter des gestes non spécifiques notamment :

- une augmentation du volume des lèvres par des injections d'acide hyaluronique ou par injection de graisse éventuellement comme geste complémentaire au décours d'une intervention

- une réduction de la taille des pavillons d'oreille

- une lipostructure ou des injections d'acide hyaluronique qui permettent d'augmenter le volume des pommettes ou de diminuer le volume des sillons naso-géniens

- des greffes capillaires, une épilation des sourcils ou un t atouage permanent

- des injections de toxine botulique au niveau du front afin de diminuer les rides d'expression qui accentuent la sévérité du regard et qui permet également de surélever les sourcils légèrement.

Dans la féminisation d'un visage se mêlent donc de multiples procédés qui ont tous une place éventuelle .

La dermatologie pour la pilosité ou les greffes de cheveux ou le laser cutané, la médecine esthétique par des injections de produits type acide hyaluronique ou botox ®, et la chirurgie plus ou moins importante en fonction de ou des gestes envisagés.  

Docteur Xavier LACHIVER
http://chirurgie-faciale.fr 

 

 

 

On a aimé

Participer

  • Communiqué de presse
  • Ecrire un article
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Support